Chronique

Loi 21 et loi 101: même débat?

À l’époque, la dure bataille se déroule entre francophones et anglophones surtout par journaux interposés. Sans surprise, les quotidiens anglophones montent aux barricades, prétextant que leurs droits sont opprimés et que la loi va à l’encontre de la liberté d’expression. Les journaux francophones, quant à eux, appuient majoritairement le projet de loi sauf le Devoir qui s’y oppose, endossant la position des anglophones.

À la mine

Plus exactement pour mon père, c’est la fermeture des usines de guerre qui l’expédie en Abitibi où il sera mineur de 1945 à 1969. Lui qui était instruit, qui se destinait à la prêtrise, il fondera ici une famille, bâtira maison et sera mis à pied, trahi par la mine, quelques mois avant d’avoir droit à une pension. Il recommencera au bas de l’échelle dans une autre mine comme peintre en bâtiments.

L’Abitibi, onzième province?

L’Abitibi se faisant pomper ses ressources au profit du Sud et n’ayant pratiquement aucun service, un groupe d’hommes d’affaires abitibiens avaient fondé ce mouvement.

«Si on ne peut pas se développer comme on le souhaite, alors, autant se séparer et se gouverner nous-mêmes», clamait à l’époque le valdorien Wilfrid Sabourin, initiateur du mouvement.

Drôle d'oiseau

Un jour pluvieux d’automne, tous les enfants étaient à la maison et le père, parti au chantier. Survient un anglophone maigre, pâle, timide, embarrassé, pas un mot de français, trempé jusqu’aux os et transi de froid. Il cherche son chemin et essaie maladroitement de se faire comprendre. Tous les yeux se fixent sur lui. La mère l’invite à entrer et lui offre la soupe chaude qu’il accepte d’emblée. Le voici à table qui mange avec nous. Et le drôle eut lapé le tout en un moment.

L'hiver n'est pas toujours froid

Dans mes souvenirs d'enfance, l'hiver est le tableau des forts de neiges, des combats entre clans pour imiter la fameuse «guerre des tuques». Pas celle en dessins animés, la vraie! L'hiver c'est aussi les équipes de hockey qui s'affrontent dans la rue avec la phrase : «Attention voiture»! Alors, le plus proche du but a la précieuse responsabilité de le déplacer pour laisser passer le voisinage. Cette saison, c'est aussi les glissades aux abords de la rivière Dagenais. Il y avait aussi celles glacées, dans nos cours, fabriquées avec les amis du coin.

Jolies bottes de femmes

Ben non, c’est une blague! Tout ça pour vous dire que les bottes que vous voyez sur la photo ont été fabriquées par la compagnie Acton Rubber Canada. Cette compagnie a été crée en 1928 par Alfred Lambert à Acton Vale, Qc. Aujourd’hui elle porte le nom de Chaussure Régence Inc.

À ses débuts, Acton fabriquait des produits pour les militaires, les policiers, les pompiers, les mineurs et les travailleurs en général.