mars 2019

La voix de Palmarolle!

Dans ce numéro, nous nous devons de souligner la présence et la réussite d’un jeune homme de notre village, Sébastien Gravel, à une compétition provinciale de chansons, offerte à  la chaîne TVA : La Voix qui, à chaque dimanche, attire plus d’un million de spectateurs. Si l’émission s’appelle La Voix, c’est qu’il faut l’avoir pour y participer.

Le grenier aux souvenirs

Il y a une grande variété de métronomes. Celui-ci est le modèle LM-FB-4. Sa fabrication date des années ’50. Le boitier est en bakelite, produit largement utilisé avant le plastique.  Il possède une petite lumière sur le dessus qui clignote suivant le battement.  Son mécanisme fonctionne à l’électricité. Ce genre de mécanisme a été en service jusqu'à la fin des années ’70 et remplacé évidement par l’électronique.

Réunion du conseil municipal : une séance de défoulement collectif

Malgré les explications sur écran de la pauvre modératrice qui en avait plein les bras, les intervenants au micro et dans la salle en avaient long à dire à l’administration. 

La mairesse Gobeil et la directrice générale furent particulièrement visées, essuyant les tirs à répétition de citoyens en colère et se faisant parfois traiter d’incompétence.

25e Traversée du lac Abitibi: aventure mémorable

À l’ouest du Narrow, la tempête et les forts vents des jours précédents avaient sculpté la surface du lac en une multitude de vagues de trois à quatre pieds de haut. Dès lors, les skieurs tirant leur pulka ont trimé dur pour franchir, tel un bateau en mer, ces vagues successives sur les 22 kilomètre de la première étape. À l’arrivée au campement vers 17 heures, tous les skieurs étaient exténués. Selon plusieurs aventuriers chevronnés, cette journée est à inscrire en haut de la liste des étapes les plus difficiles.

L’Abitibi, onzième province?

L’Abitibi se faisant pomper ses ressources au profit du Sud et n’ayant pratiquement aucun service, un groupe d’hommes d’affaires abitibiens avaient fondé ce mouvement.

«Si on ne peut pas se développer comme on le souhaite, alors, autant se séparer et se gouverner nous-mêmes», clamait à l’époque le valdorien Wilfrid Sabourin, initiateur du mouvement.

Vox populi ou vox pot-pourri...?

Quand j’entends le propos de certaines personnes, moi, le vieux Grincheux, je grince souvent des dents. On dirait que, aussitôt que certaines gens ont un micro sous le nez, il faut qu’elles chialent contre quelqu’un, contre une situation donnée, contre un groupe, etc. Ils deviennent soudain des experts dans un domaine, des spécialistes du sujet, des psychologues qui, eux, ont la ou les solutions… On trouve un fautif, on accuse le « gouvarnement», les fonctionnaires, les institutions, les «journalisses», etc.